Le financement d'une thèse

Le financement d’une thèse est obligatoire et relève prioritairement de la responsabilité de l’équipe d’accueil et plus particulièrement du Directeur de Thèses.

La rémunération d’un doctorant peut provenir de sources variées. On peut citer : 

  • Les contrats doctoraux des établissements publics d’enseignement supérieur ou de recherche (publié au journal officiel de la République française du 25 avril 2009)
  • Les contrats de doctorant des organismes de recherche : CNRS, ADEME, CEA…
  • Les contrats de doctorant des collectivités territoriales (Régions surtout)
  • Les CIFRE (Conventions industrielles de formation par la recherche) qui permettent aux doctorants de mener leur projet de recherche dans le cadre d’une entreprise, partie prenante des travaux et de leurs retombées
  • Les contrats de travail basés sur des contrats de recherche attribués par l’Agence Nationale de la Recherche, par l’Union européenne ou encore par une entreprise. Consulter l’équipe d’accueil
  • Les financements des Gouvernements étrangers pour leurs ressortissants, ceux du Ministère français des affaires étrangères (ambassades de France), de l’Agence universitaire de la francophonie, etc…
  • Les financements des associations soutenant la recherche (recherche médicale surtout)

 

Quelques montants de rémunérations*

  • Contrat doctoraux d’établissements publics d’enseignement supérieur ou de recherche : environ 1 700 euros ou 2 000 euros brut mensuel si le doctorant intègre des missions complémentaires (initiation à l’enseignement supérieur ou autres missions)
  • CEA : 2 100 euros brut mensuel
  • CIFRE : 2 000 euros brut mensuel au minimum.

*(montants bruts mensuels sur 12 mois ; chiffres 2014)

 

Financement par une Co-tutelle internationale de thèse

  • Nécessité de la mise en place d’une convention entre les deux établissements partenaires (doit être établie au plus tard dans les 18 premiers mois de la thèse)
  • Inscription en simultanée dans deux établissements d’enseignement supérieur, l’un français, l’autre étranger, sous la responsabilité d’un directeur de thèse dans chacun des deux pays
  • Travail effectué alternativement dans les deux équipes, en fonction du développement du sujet grâce à des séjours de longue durée dans chaque institution partenaire (des aides financières à la mobilité peuvent être obtenues (voir auprès des établissements).
  • Une seule soutenance reconnue par les deux établissements
  • Doctorat délivré par les établissements contractants, soit de façon conjointe, soit séparément : le jeune chercheur est alors docteur de chacun des établissements.

 

Inscription

Selon les établissements et le contenu de la convention de co-tutelle, le doctorant ne paie les droits d’inscription que dans un seul établissement (en général, celui où il soutiendra sa thèse).

Nécessité d’une couverture sociale dans chacun des deux pays (discuter des modalités lors de la mise en place de la convention de co-tutelle : se rapprocher des départements de Relations Internationales des Universités concernées).

Plus d’information dans le texte officiel l’arrêté du 6 janvier 2005

Partager sur les réseaux