• Accueil/
  • Colloque national : le Doctorat, un atout pour l'avenir

Colloque national : le Doctorat, un atout pour l'avenir

Le 20/04/2015 dans Emploi L'actualité des ED

Le Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, conjointement avec l’ANRT, a organisé les 13 et 14 avril 2015 à L’Université Paris Descartes un colloque sur l’évolution du doctorat comme un atout pour l’avenir.

Madame Najat Vallaud-Belkacem a ouvert… en précisant l’importance prise par les entreprises dans les projets de carrières de nos nouveaux docteurs au vu de l’emploi public en matière de recherche et de développement.

De nombreux invités ont animé une série de tables rondes sur différents thèmes en incluant la dimension européenne du doctorat dans le but d’évaluer les possibles décalages entre la formation doctorale et les possibilités de carrières en entreprises.

 

M. Adam Tyson de la Communauté Européenne a précisé le besoin européen évaluant à un million de personnes dans le domaine de la R&D en Europe dans les années à venir.

 

Déjà 42% des thèses soutenues en France sont soutenues par des candidats étrangers et cette proportion devrait augmenter pour compenser le déficit de vocation des jeunes générations à la formation doctorales, un phénomène enregistré partout en Europe. Un véritable travail de fond est à conduire, d’une part pour donner des faits tangibles sur tous les avantages à se former par le cycle doctoral à l’université, y compris pour les candidats issus des grandes écoles et des écoles d’ingénieurs.

 

La diversité des carrières des docteurs et leur déroulement dans les entreprises est beaucoup large que dans le secteur public. Les compétences acquises en cours de thèse peuvent être surprenantes si on prend soin dans faire un bilan détaillé et objectif.

 

M. Vincent Mignotte, directeur de l’ABG a précisé l’outil www.mydocpro.doc lancé en 2014 pour faire face à ce besoin. Pour les jeunes français, nous devons trouver les moyens précoces pour montrer qu’une carrière de docteur en entreprise n’est pas juste une « carrière alternative » à l’unique carrière traditionnellement imaginée dans le secteur public et l’enseignement supérieur. Des processus de convictions et d’évaluation connus en matière de ressources humaines devrait aider dans cette tâche.

Transformer la conception et l’image même des carrières ouvertes aux jeunes docteurs a été nommée « la transition doctorale ». Effectuer cette « transition doctorale » avant même d’entrer en doctorat est essentielle et des messages encourageants et informatifs doivent être diffusés aux jeunes générations de français. Pour les populations étrangères, le travail est assez différent car elles sont généralement totalement convaincues de l’utilité et la valeur d’un doctorat, reconnu comme une référence dans le monde entier.

M. Louis Gallois, Président de PSA, a très bien témoigné des différences de conception du doctorat qu’il a pu vivre et expérimenter lorsqu’il était à la tête du groupe Airbus EADS il y a quelques années. En France, on se soucie que le jeune docteur « ne s’enferme pas dans ses études » alors qu’en Allemagne tout le monde est convaincu qu’on à faire à un expert ouvert sur le monde. Il a insisté sur le fait que le doctorat est une école fructueuse, une école de persévérance, de doute, de capacité de défense de nouveaux concepts qui s’opposent à des opinions établies, qui sont autant de qualités utiles pour le développement d’une entreprise.

Il a été discuté que les jeunes candidats à la thèse, mais aussi les encadrants doivent disposer d’outils efficaces pour faire face à cette « transition doctorale ». Des standards de formation de ce que peut être considéré comme une « bonne » ou une « moins bonne » thèse ont été présentés (ORPHEUS), pour des objectifs et s’assurer que les projets doctoraux se déroulent selon des critères lisibles et admis de tous. La notion de « qualité », tant en terme d’assurance que d’amélioration a été abordée sur la base des travaux de plusieurs initiatives européennes (ORPHEUS, League of European Universities Doctoral Studies, European Universities Association).

Plusieurs questions essentielles ont émergé clairement sur différents niveaux de réflexions :

  • Est-on attractifs ?
  • L’intérêt de faire un doctorat est-il convaincant pour les jeunes?
  • Comment peut-on augmenter le vivier des candidats, au national, à l’international?

 

Enfin, le cadre réglementaire du doctorat qui intègrera les divers textes existants et fixera le cadre des études doctorales en remplacement du décret de 2006, selon la DGES, ne sera pas opérationnel avant fin 2016. Quarante organismes ont été consultés à ce jour et le travail sur le futur décret continue.

L’ensemble des réflexions qui s’est dégagé rencontre complètement les actions en cours au niveau de notre Réseau d’Ecoles Doctorales et au niveau des actions que nous menons depuis 2009.

 

Jean-Marc Lancelin Président de REDOx

Partager sur les réseaux

Vous êtes candidat ?

Créez et consultez gratuitement les dernières offres de stages et d'emploi sélectionnées pour vous sur notre site dédié.

Vous êtes recruteur ?

Déposez gratuitement vos offres de stages et d'emploi et trouvez le candidat idéal que vous recherchez.

Le chiffre à retenir

1500

Sujets de thèses diffusés par an

Nos membres

Trouvez une écolde doctorale membre du réseau RedoX.